J’ai toujours aimé les livres et j’ai bien souvent caressé l’idée d’en écrire. Combien furent commencés et n’ont jamais dépassé un titre ou un premier chapitre ? Toujours accompagné par la lecture, il me manquait toujours le temps d’écrire.

 

Il est vrai que pendant des années, j’ai arpenté plusieurs voies dans un parcours considéré souvent comme atypique, mêlant science, art ou économie… J’ai été pharmacien biologiste, engagé dans l’action humanitaire, chef d’orchestre et entrepreneur. Mais, depuis quelques années, je prends le temps de raconter des histoires, toujours différentes dans le style ou les thèmes traités.

 

A chaque fois, j’explore des formes de narration, cherchant à renouveler sans cesse. Enchainant les voyages ou me concentrant en un point précis, l’époque est intemporelle, tantôt un avenir possible ou un passé indistinct. L’histoire est une fiction que l’on peut lire au premier degré ou en cherchant d’autres niveaux de lecture.

 

Les intrigues, les atmosphères et les mots tissent des romans dans lesquels, j'espère, le lecteur se laisse embarquer. Si, au détour d'une page, surgit une émotion ou un sourire, que demander de plus ?

 

Le troisième roman L’île des égarés est paru il y a quelques mois et déjà d’autres histoires s’écrivent. La prochaine à paraître sera sans doute la suite d’Un curieux grain de sable.

800px-YouTube_full-color_icon_(2017).svg
8 juillet 2020
Rencontre avec Lisa Giraud Taylor
Octobre 2019
Interview pour Esthésie Box

Nous rencontrons aujourd’hui Jean-François Léger, auteur du roman d’octobre 2019, Danse, danse montagne agile.

 

Bonjour Jean-François, racontez-nous votre venue à l’écriture ? Depuis quand écrivez-vous ? Comment l’idée de vous publier est-elle née et pourquoi l’autoédition ?

Bonjour,

Depuis de nombreuses années, je suis accompagné par la lecture et l’écriture. Quelques articles, des textes « sérieux » de quelques pages, des notes, des romans commencés n’allant jamais plus loin qu’un titre ou un premier chapitre. Et puis, sans doute les circonstances aidant, fin 2014, j’ai pris le temps. C’est ainsi qu’est née la première version de « Danse, danse, montagne agile ». Longue, imparfaite… Un autre roman a succédé et de nombreuses heures passées à revenir sur ce premier texte et à le corriger dans l’espoir d’améliorer l’histoire et le style pour, finalement, aboutir à sa publication en janvier 2019.

Publier un livre relevait davantage de l’envie de partager et d’offrir que de la satisfaction personnelle. C’était aussi une évidence d’aller au bout de l’aventure si le roman passait le cap de l’avis de mes premiers lecteurs.

Pourquoi l’autoédition ? Sans doute le refus d’éditeurs fait au manuscrit soumis, des interrogations sur l’économie de ce domaine d’activité… Mais ce sont surtout des rencontres qui m’ont ouvert la voie. Et puis, j’ai toujours créé, entrepris. Me lancer dans l’autoédition, c’était une nouvelle aventure entrepreneuriale qui mêle création (littéraire !), relations humaines, développement d’activité. 

 

Danse, danse montagne agile est-il votre premier ouvrage ? En avez-vous d’autre ? Sur quel thème ?

« Danse, danse, montagne agile » est le premier roman que j’ai écrit « en entier ». Mais ce n’est pas le premier publié. « Un curieux grain de sable » est sorti en novembre 2017. C’est un thriller d’anticipation, une enquête policière avec des personnages qui ont un vécu riche… Une toute autre atmosphère que « Danse, danse, montagne agile ».

 

N°1 des ventes sur Amazon, félicitations ! Qu’avez-vous ressenti en apprenant cette bonne nouvelle ?

Une satisfaction, bien évidemment, mais éphémère. Cela n’a duré qu’un jour ! Donc de la modestie aussi.

Ce qui compte le plus pour moi, davantage que le nombre d’exemplaires vendus, c’est le plaisir que peut avoir le lecteur en se laissant prendre par l’histoire. Offrir quelques heures agréables de lecture : peut-il y avoir plus grande satisfaction ?

 

Votre livre mêle astronomie et musique, tout cela  dans différentes époques, ambiances et régions, il traite également de l’importance de la transmission de générations en générations, cela a dû nécessiter de nombreuses recherches ? Quel temps avez-vous consacré à ces recherches ? Ce livre est-il né d’une passion pour ces domaines ou c’est l’histoire de votre livre qui vous a poussé à faire ces recherches ?

Pour ce livre, j’ai effectivement fait beaucoup de recherches, principalement en astronomie et en typographie alors que ma connaissance était très limitée. La musique m’est plus familière.

Mes personnages m’entrainaient parfois dans des situations que je devais rendre plausibles. Ce qui m’a demandé d’approfondir les domaines traités. Mes personnages m’ont enrichi.

 

Avez-vous d’autre(s) projet(s) d’écriture en cours ? Si oui, pour quand avez-vous prévu la sortie de votre prochain livre ?

Mon troisième roman va sortir dans les prochaines semaines. Un livre moins dense que les deux premiers. Une enquête policière, sur une île, résolue en quelques jours. Tout parait simple mais entraine dans une histoire ambigüe et sombre.

Et puis, si les prochaines semaines sont froides et pluvieuses, je vais écrire cet hiver la suite d’Un curieux grain de sable.

J-F Leger

ME SUIVRE

  • Facebook Social Icône